Philippe Tailliez

À la mémoire du Commandant Philippe Tailliez, Père de la Plongée sous-marine autonome

Accueil > Marin > Les arcanes d’une amitié

Les arcanes d’une amitié

samedi 15 mars 2003

Le Guépard (1942)

Le 16 juin 1941, à l’aube, au large du Liban, à l’issue d’un combat de nuit très violent entre une force navale anglaise, la division des contre-torpilleurs « Guépard » et « Valmy » se porte à quelques milles au nord au secours du « Chevalier Paul » qui, arrivant de France avec un ravitaillement en munitions, vient d’être torpillé par un avion anglais.
La torpille a fait dix morts dont l’ingénieur mécanicien ROURE de ma promotion.

Le reste de l’équipage est sauf et le sauvetage s’active car on peut craindre à tout instant une attaque anglaise.

Sur la passerelle du Guépard le commandant (Gervais De Lafond) est intrigué par un dinghy qui se tient seul, à l’écart des autres rescapés et il me demande d’aller le reconnaître.
Arrivant en baleinière, je trouve les deux officiers aviateurs anglais qui ont torpillé le Chevalier Paul. Ils sont tout à fait indemnes et me donnent spontanément chacun son revolver.
Le chef de bord m’explique que, comme son appareil volait au ras de l’eau, il avait été trompé par un reflet qui l’avait fait toucher l’eau.
A bord, je les présente au commandant sur la passerelle. Celui-ci les reçoit courtoisement et me demande de m’occuper d’eux jusqu’à l’arrivée à Beyrouth prévue pour la fin de l’ après- midi.
Nous sommes en fin de matinée et, après un petit tour sur la passerelle, je les conduis au carré.
A part un maître d’hôtel, celui-ci est désert.
Le bâtiment est en effet aux postes d’alerte et le restera jusqu’à Beyrouth. Je les reçois en invités et un whisky les aide à oublier un peu leurs tribulations de la matinée.

Le Valmy (1942)

Il se trouve que j’ai lu dans un ouvrage, un récit très différent de cette réception des officiers anglais à bord du « Valmy », qui met en cause l’honneur de la Marine vis-à-vis de ses adversaires momentanés.
Il m’a semblé indispensable de rétablir les faits dans leur rigueur que peut assurer un témoin direct de cet événement.
Par la suite, quand j’ai eu des contacts avec des officiers de marine anglais, j’ai essayé de retrouver la trace de ces deux officiers, mais toujours sans résultats.
Par l’ambassade de France j’ai donc fait demander les renseignements au ministère anglais de la Défense.
La réponse fut négative avec le ton d’une fin de non recevoir.

L’affaire est donc entendue, sauf dans ma tête.

Photos publiées avec l’aimable autorisation de Photo Marius Bar Toulon

En 1992, travaillant pour l’annuaire de l’AEN, je rencontre l’amiral Kessler, chef du service historique, (à qui Philippe Tailliez vient de faire donation de ses archives) et je lui raconte mon histoire. Quinze jours après, j’avais les noms de mes deux acolytes dont l’un malheureusement était mort accidentellement en 1947.

J’entrais aussitôt en contact avec le survivant que j’invitai à venir en ménage passer quelques jours chez moi.
L’AEN étant fermée, ils furent aimablement reçus par l’amiral Kessler qui fit faire une cassette au rescapé pour raconter son odyssée avant et après le torpillage.
En juillet dernier ma femme et moi avons été reçus chez eux, sur les bords de la Manche.
Leur dernière fille de 36 ans était là pour rencontrer le monsieur à qui "elle devait de vivre".

Curiosité ! ils sont voisins d’un jardin qui s’appelle "the Goffs" .

Yves LE GOFF (en 1937)

La Baille N° 248 - Avril 1995
Revue de l’Association des Anciens Elèves de l’Ecole Navale.

Messages

  • bonjour, je suis le fils de roussary gabriel mort à bord du C.Paul...il est le seul à avoir la citation donnée par l’amiral sala... "dispar u à bord du chevalier paul au cours d’une mission délicate... les autres marins n’ont pas cette mention !
    mon père alors qu’il embarquait sur le chevalier paul a dit à un ami, qu’il préférait mourir manger par les crabes que plutôt finir ses jours en fond de cale... cela explique aussi le climat très insurectionnel qui régnait à cette époque auprès des jeunes engagés... une partie des marins du c.Paul ne serait pas remontée à bord du Valmy alors qu’ils étaient à beyrout...et auraient gagné la F.Libre... ceci explique aussi les difficultés qu’on eu les veuves de ces marins morts pour avoir la mention M.P.L.France...cet épisode de cette guerre peu claire, m’a toujours causé des remarques désobligeantes quand à l"engagement de mon père...dont il est évident qu’à cette époque la marine était sous le commandement vichiste. Par ailleurs , je n’ai pu sortir les pages du livre sur ces moments ;
    merci... avez vous encore l’adresse de l’aviateur anglais ?
    JPierre roussary 63 ans

  • L’amiral Gervais était un cousin de ma mère, Madeleine Leclercq née en 1907 j’en ai souvent entendu parler à la maison dans ma jeunesse
    Pouvez vous m’en dire un peu plus sur cet amiral que je n’ai pas connu bien évidemment, je suis né en 1935

  • JE SUIS LE FILS DE PIERRE PONCET(VAE)qui chef d’etat major de la 12ieme DCT partie de la 2ieme escadre legere qui sous les ordres de l’Amiral GERVAIS de livra son dernier combat le 8 nov. 1942 JE suis à la recherche d’inform sur ces journees
    MARC PONCET
    0664451269

  • ci-joint une photo représentant un dépôt de plaque à la mémoire de mon père Gabriel Roussary disparu a bord du chevalier paul
    cordialement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document