Philippe Tailliez

À la mémoire du Commandant Philippe Tailliez, Père de la Plongée sous-marine autonome

Accueil > Précurseur > Plage de Barry, à Bandol, Juin 1943...Octobre 1997...

Plage de Barry, à Bandol, Juin 1943...Octobre 1997...

dimanche 28 décembre 2003, par Gérard Loridon

Un matin de Janvier 1997, le commandant Tailliez, me téléphone et me demande d’ouvrir le Musée Frédéric DUMAS, dans l’après midi. Il reçoit un professeur, sommité universitaire de Roumanie. Toujours content de passer un moment avec celui qui fut mon Pacha et qui est devenu mon ami, je lui donne volontiers mon accord.

Nous nous retrouvons dans la Tour Romane et je décris, les pièces historiques de nos collections au visiteur. Le Commandant insiste sur celles, nombreuses, qui lui rappellent des souvenirs particuliers.
Ce professeur roumain, qui comprend et parle très bien le français, est enthousiasmé et nous pose de nombreuses questions.

En fin de visite, il demande où s’est déroulé la première plongée dont il est fait état dans « Le Monde du Silence » Le Commandant lui réponds que c’est à Bandol et se propose de lui faire découvrir ce lieu historique.

Ne connaissant pas, moi-même l’endroit exact, je lui demande si il m’est possible de les accompagner. Ce qu’il accepte, bien vivement. Il ne fait pas très beau, un peu de vent d’est et une ondée de temps en temps. Nous arrivons sur la corniche après avoir dépassé Bandol, nous dirigeant vert l’île Rousse et le quartier des Engraviers.

Nous arrêtons devant une petite crique. Le Commandant ému, il est chacun le sait très sensible, reconnaît les lieux et nous les fait découvrir. Je reconnais là une photographie ancienne, dont je n’ai plus hélas que la photocopie. Philippe Tailliez nous retrace brièvement le récit de cette première plongée. On en trouve une relation détaillée dans « Le Monde du Silence ».

C’est ici en Juin 1943, que ceux qui allaient devenirs célèbres et « Mousquemers » utilisèrent pour la première fois, en mer, le scaphandre autonome Cousteau-Gagnan.

Le pacha me fait voir la maison où ils habitaient, juste en face de l’autre côté de la route. Elle sert maintenant, comme centre de repos pour l’organisme social d’une administration.

Il me vient une idée et je me tourne vers Philippe Tailliez :
- Commandant, mais c’est un lieu mythique, il serait bon de le conserver et surtout de le faire connaître...en y mettant en place une plaque commémorative relatant ce fait historique unique.
- Gérard, tu as raison et je suis tout à fait d’accord avec toi, fais cela.

Nous sommes repartis ce soir là, heureux et moi, chargé d’une mission délicate. Effectivement, on ne pose pas ainsi une plaque, sans autorisation, de qui, au fait ? Comment ? Quelle forme allons nous lui donner ?

Je me rends compte que je me suis mis sur les bras une rude affaire. Aussi, je pense que c’est un projet qui doit être développé par l’association du Musée Frédéric Dumas dont je suis le Vice Président. Je me tourne vers le Président, mon ami Pierre Yves LE BIGOT, sur qui je peux compter. Et pour cause.

Nous nous entendons très bien. Chacun apportant ses idées, nous les mettons en pratique en commun. Idées dont la particularité est d’être au départ un peu folles..Une jeune et jolie journaliste de la presse locale ne nous a-t-elle pas baptisés, en première page, les « Fous de mer »

Aussi mon propos ne choque nullement Pierre Yves.
- Tu t’occupes de la partie administrative, je fais le reste me dit-il.
- Je suis maintenant tranquille. L’efficacité de Pierre Yves n’est pas un vain mot.

Quelques jours après je suis dans le bureau du Dr SUQUET, premier magistrat de la commune de Bandol, qui vient de m’accorder un rendez vous.

C’est un monsieur très aimable, mais aussi très sérieux. Il m’écoute develloper l’histoire de cette naissance historique, et le projet que nous caressons.
- Monsieur LORIDON, sachez tout d’abord que pour tout ce qui touche au patrimoine de Bandol, ma porte vous sera toujours ouverte...
- Merci, Monsieur le Maire....je me dit que ce préambule nous permet d’envisager une suite favorable.
- Sachez aussi reprends-t-il, que je connais bien Frédéric Dumas et qu’il m’arrivait de le rencontrer très souvent dans le car qui nous emmenait à Toulon. Aussi, je vous demande de me remettre un dossier avec descriptif complet, et le montant des frais à engager. Je présenterais cela au prochain Conseil municipal.

Quel plaisir de rencontrer et de travailler avec des édiles aussi ouverts.

A la suite de quoi, je pris contact avec le Cdt Cousteau qui nous donna un avis très favorable par une lettre de son secrétariat, lui-même étant déjà malade.

Le commandant Tailliez, m’avait donné un accord oral dès le départ, Il fut doublé par une carte disant : « Cher Gérard LORIDON, comment ne pas applaudir, doyen que je suis des Mousquemers, à votre idée d’apposer une plaque commémorative, ce grand évènement auquel j’ai pris part, et exprimer mes remerciements à Monsieur le Maire de Bandol. Certes, je serais là, lors de la cérémonie, accompagné d’amis. Pour nous tous, ce sera très émouvant »

Madame Jeanne Dumas me fit tenir une lettre « où elle et ses deux filles se réjouissaient » de cette heureuse initiative.
Pendant ce temps là, Pierre Yves avait rencontré un membre de notre association, Pierre Blanchard, styliste, artiste, dessinateur. Pierre nous fit un croquis et une maquette magnifique. La plaque, en bronze, fut coulée à Nice.

Le Dr SUQUET, Maire de Bandol, la fit poser sur une stèle devant la mer. Une cérémonie émouvante eu lieu le 26 Octobre 1997. Il y avait là 120 personnes dont Jean Michel COUSTEAU venu spécialement des USA.

Le Maire de Bandol pris la parole et me la transmis pour une courte évocation historique. Ensuite Jean Michel COUSTEAU, nous dit sa joie, car il était présent lors de ces essais. Le Commandant Tailliez, vu son âge était assis, ému.
Il s’est levé à mis la main dans sa poche et en a sorti son célèbre bonnet rouge qu’il a coiffé au milieu des applaudissements. Je ne ma rappelle plus très bien ses paroles, mais il était heureux « d’être là, à nouveau, à côté de Jean Michel qu’il avait fait plongé dans cet endroit il y avait plus de 50 années »

Ensuite la plaque recouverte du pavillon français a été dévoilée, d’un bord par le Capitaine de Vaisseau Philippe TAILLIEZ, de l’autre bord par Emmanuelle FAURE, 12 ans, émue aux larmes, une jeune plongeuse, file d’un de mes amis, plongeur lui-même.

JPEG - 20.7 ko
Inauguration de la stèle en mémoire des Mousquemers
Collection Gérard Loridon

Je l’avais choisi, voulant que deux générations de passionnés du monde sous marins soient réunies ce jour là.

Ce Monde du Silence, ce Merveilleux Royaume dont le Commandant TAILLIEZ nous disait souvent, qu’il nous l’avait offert pour des siècles et des siècles.

JPEG - 63.2 ko
Plaque commémorative (Plage de Barry, commune de Bandol)
Réalisée par F.Blanchard / Crédits photos : Yves Maucherat

Mon ami, Yves MAUCHERAT, membre du Musée lui aussi, effectuât tout le reportage photographique. Il possède maintenant une belle collection d’images de cette journée mémorable. Il n’allait d’ailleurs pas tarder à faire parler de lui, en prenant en charge l’association, que nous lui avons confiée après deux mandats de trois années.

L’association du Musée Frédéric DUMAS a posé, sous la Présidence de Yves MAUCHERAT, une seconde plaque au Brusc, commémorant le premier film « Par 18 mètres de fond » tourné en 1942/43, par les Mousquemers. Philippe Tailliez y figure, à côté de ses deux amis.


Musée Frédéric DumasGérard LORIDON. Vice président Honoraire de l’Association du Musée Frédéric DUMAS.

Portfolio

Messages

  • Au mois de Mars s’est tenu à Sanary dans le Var, une exposition liée au monde sous-marin - L’occasion de parler du musée Frédéric Dumas et des amateurs d’histoire de la plongée.

    Ouvert en 94 et installé dans une tour romane du 13ème siècle mise à disposition par la municipalité de Sanary sur Mer, le Musée Frédéric Dumas est très particulier.
    Tout de suite on s’y attache, tant il reflète les origines, les balbutiements et l’évolution du matériel de plongée sous-marine. Mais on s’attache également à ceux qui s’en occupent et qui l’animent avec la foi et la passion des véritables bénévoles. Autour de Pierre-Yves Le Bigot, le Président, de Gérard Loridon, d’Henri Paole et d’une poignée d’une quarantaine de membres actifs, une centaine de membres bienfaiteurs. Parmi eux des figures de la plongée et de ses origines, comme le Maître Pinard qui fût scaphandrier Pieds Lourds dans la Marine dès 1934 et fût l’un des premiers au GERS en 1943.

    Tout ce que l’on trouve dans le musée est le fruit de dons d’amis.
    Et l’on en trouve des choses : depuis les premiers appareils photos sous-marins de type Tarzan ou Calypso Phot aux fusils de chasse sous-marine de Frédéric Dumas qui habita longtemps Sanary et que les Sanariens surnommaient Didi. Quelques perles rares également, comme le 1er scaphandre ayant effectué la première plongée autonome en Juin 1943. Ou le scaphandre du Chevalier de Bouve, qui servit dans le film " Ridicule ".

    Du haut de ses trois ans d’existence, les amis du musée Frédéric Dumas ont su montrer leur dynamisme et leur volonté de communiquer leur passion au plus grand nombre. De nombreuses écoles des environs programment des sorties au musée, le lundi, pour les enfants à partir de dix ans, afin de faire découvrir ce qu’est l’histoire de la plongée. Le musée, c’est aussi près de 2000 visiteurs par an. Et la municipalité aide avec bonne volonté cette bande de doux passionnés.

    C’est ainsi que le musée organise des expositions. Ce fut le cas de " l’Art Bleu ", du 11 au 19 Mars dernier, qui fut l’occasion de réunir dans le même espace des artistes ayant pour seul point commun le monde marin. Avec entre autres Jamy, peintre sous-marin au couteau, Thierry Lefèvre ou Jean-Marc Cadoret.

    L’occasion donc de faire découvrir le monde sous-marin, l’évolution du matériel de plongée, mais aussi de perpétrer le souvenir de Frédéric Dumas, le troisième Mousquemer, avec Tailliez et Cousteau, est sans doute le plus méconnu.

    Cédric Verdier (Paru dans Plongée Magazine)

    Voir en ligne : Article de Sagascuba.com

  • Créée en 1986, notre association, selon ses statuts, a pour but de maintenir et de resserrer les liens d’amitié, de solidarité et de commémorer le souvenir de ses membres. Elle se doit pour cela de maintenir l’esprit des traditions maritimes, de contribuer au rayonnement de la Spécialité et d’aider, par tous les moyens en son pouvoir, ses différents adhérents par la pratique de la solidarité.

    L’Amicale ne poursuit aucun but commercial, financier, politique, confessionnel ou syndical et affirme donc sa totale indépendance à l’égard des pouvoirs civils, religieux ou syndicaux. ; elle entretient en revanche des relations privilégiées avec les autorités militaires.

    Notre amicale regroupe actuellement 379 membres toutes sections confondues.

    - La Section Méditerranée, Président de l’Amicale Pierre BROCOT : 180 membres

    - La Section Atlantique à Brest, Président Emile SEVELLEC :…143 membres

    - La Section Manche à Cherbourg, Président Jean Michel BOLLUT :…. 56 membres

    Mais l’Amicale est ouverte à tous les Plongeurs de la Marine Nationale, anciens et en activité ; les candidats qui ne sont pas Plongeurs Démineurs à l’origine peuvent en effet y être admis avec le parrainage de deux membres.

    Outre les activités importantes de ses sections, réunions conviviales, rencontres ; commémorations, l’Amicale fait parvenir à ses membres, tous les trimestres, son magazine interne :

    « L’ECHO des Grands Fonds » qui parait depuis 1986 et qui en est au N° 56.

    Son Rédacteur en chef Philippe Livoury lui a donné sa tenue et sa forme actuelle. Il est assisté de Gérard LORIDON, le Secrétaire adjoint de la section MED.

    La cotisation, modeste, est de 15 euros, inchangée depuis la création de l’amicale.

    Si vous voulez être des nôtres, vous pouvez nous joindre :

    Section Méditerranée :
    Gérard LORIDON / secrétaire adjoint :
    722, chemin des Hoirs
    83140. Six Fours les plages
    Tel :04 94 07 42 13/ 04 66 92 01 17
    E-mail : loridon.gerard@wanadoo.fr

    Section Atlantique :
    SEVELLEC Emile :
    18, rue de Pont Aven
    29820 BOHARS
    Tel : 02 98003 54 08
    E-mail : ejsevelec@wanadoo.fr

    Section Manche, Mer du Nord :
    BOLLUT Jean Michel
    Ledamet
    50340 HELLEVILLE
    Tel : 02 33 52 95 85
    E-mail : jbollut@wanadoo.fr

    Bienvenue à l’Amicale des Plongeurs Démineurs !

    Voir en ligne : plongeurs-demineurs.net

  • Bonjour,

    je souhaiterais savoir si vous avez connu mon feu grand père jean Beuret qui plongea aussi avec le commandant cousteau dans les années 40 ?

    Il est malheureusement décédé en 1981 (j’avais 3 ans et demi) et je cherche des informations sur cette partie de sa vie pour les offrir à son fils aîné qui lui est trés attaché (mon papa) pour Noël.

    je vous remercie mille fois de m’avoir lu.

    Cordialement.
    Edwige Beuret épouse PLANTIER

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document